Tout savoir sur le café d'Indonésie

Table Des Matières

Photo : Tutti Coffee

L’implantation et l’exploitation du café en Indonésie est un peu comme celle des épices, c’est une véritable “success story” vieille de plusieurs siècles et reconnue partout dans le monde.

L’histoire du café en Indonésie

L’histoire du café en Indonésie commence au XVIIe siècle lorsque les colons néerlandais (et surtout la Compagnie des Indes orientales néerlandaises, ou VOC) ont introduit les premiers plants de café sur les îles de Java. Les conditions climatiques et les sols volcaniques fertiles de l’archipel se sont avérés idéaux pour la culture du café, permettant ainsi une expansion rapide de la production.

La variété initialement cultivée par les Néerlandais était principalement l’Arabica, probablement issu d’arbres importés du sous-continent indien. En quelques décennies les colonies de la VOC exportaient plusieurs dizaines de tonnes de café vers l’Europe, depuis le port de Batavia. Cependant, suite à une épidémie de rouille sur les variétés d’Arabica (essentiellement “Typica”) au début du XXe siècle, elles furent en grande partie remplacées par des plants de Robusta, plus résistants.

Au fil des siècles, le café indonésien a acquis une réputation mondiale grâce à ses variétés uniques comme le Java et le Sumatra, ce dernier étant particulièrement apprécié pour son profil gustatif riche et complet. La méthode de traitement post-récolte, telle que la méthode giling basah (semi-lavé), contribue également à la distinction des cafés indonésiens, leur conférant un goût distinct et une consistance crémeuse.

La production de Café en Indonésie

L’Indonésie est actuellement classée parmi les plus grands producteurs de café au monde, principalement de Robusta, qui représente environ 75% de sa production, tandis que l’Arabica représente les 25% restants. Le Robusta est plus résistant aux maladies et aux variations climatiques, et il pousse mieux dans les climats plus chauds et humides qui prévalent dans de nombreuses régions de basse altitude en Indonésie. Cependant, la production d’Arabica à tendance à repartir à la hausse depuis quelque temps (il y a au moins 20 variétés d’Arabica en Indonésie, dont Typica, le Timor hybrid, le Caturra, le Catimo… ).

Les principales régions productrices de café en Indonésie incluent Sumatra, Java, Bali et Sulawesi. Les îles indonésiennes ne sont pas faites de grandes chaînes de montagnes, l’altitude des cultures de café est comprise souvent entre 1000 et 1800 mètres au maximum, avec parfois des plantations implantées sous les 1000 mètres d’altitude.

Java, Sumatra et Sulawesi produisent à la fois de l’Arabica et du Robusta, mais les zones de basse altitude sur ces îles sont particulièrement propices à la culture du Robusta. Cela dit, l’Arabica indonésien, cultivé principalement dans les régions montagneuses, est également très apprécié sur le marché international pour sa qualité supérieure et ses profils de saveur distincts :

  • Sumatra est l’une des îles les plus réputées pour sa production de café. Les sols riches et volcaniques, ainsi que le climat humide de ses hautes terres, sont parfaits pour la culture de l’Arabica. Le café de Sumatra est célèbre pour son corps plein et ses saveurs terreuses, souvent décrites comme étant herbacées et épicées. Cette région produit environ 230 000 tonnes de café par an ;
  • Java est l’île la plus peuplée de l’Indonésie (et l’une des premières régions de l’archipel à cultiver le café). Java est particulièrement connue pour son Arabica, qui est souvent utilisé dans des mélanges de café de haute qualité pour sa douceur et son corps bien équilibré. Le café de Java est typiquement traité par la méthode humide, ce qui lui confère une texture propre et une acidité marquée ;
  • Sulawesi, anciennement connue sous le nom de Célèbes, est appréciée pour son café Arabica, notamment dans la région de Toraja. Les cafés de Sulawesi sont appréciés pour leur complexité aromatique, avec des notes de fruits sombres et un arrière-goût chocolaté. Ces cafés sont souvent traités par la méthode giling basah, qui est caractéristique de l’Indonésie ;
  • Bali, une autre île importante, produit principalement de l’Arabica. Le café de Bali est réputé pour ses pratiques agricoles durables. Les fermes y utilisent souvent des techniques de culture biologique et sont certifiées pour leur gestion environnementale. Le café balinais est apprécié pour ses notes subtiles de citron et d’autres agrumes, offrant une tasse équilibrée avec une bonne acidité ;
  • Kalimantan (Bornéo Indonésien) est une île produisant du Robusta, particulièrement dans les régions intérieures et basses où le climat chaud et humide favorise cette variété de café ;

En 2019, l’Indonésie a produit environ 660 000 tonnes de café. Cette production joue un rôle crucial dans l’économie du pays, en soutenant les moyens de subsistance de plus de 1,5 million de petits agriculteurs. Le café est principalement cultivé dans de petites exploitations agricoles qui pratiquent souvent une agriculture mixte, intégrant la culture du café avec d’autres cultures vivrières et produits commerciaux.

Le café indonésien est majoritairement exporté vers les États-Unis, l’Union européenne et le Japon. Ces exportations (qui représentent près des deux tiers de la production nationale) contribuent significativement à l’économie nationale, apportant une valeur ajoutée importante en termes de devises étrangères.

L’autre particularité du café indonésien est sa méthode de séchage particulière, dénommée “giling basah” (décorticage humide). C’est une méthode consistant à atteindre un taux d’humidité de 30 pourcents des grains de café (contre 12-15 pourcents dans le reste du monde), ces derniers étant ensuite décortiqués de leur enveloppe externe puis séchés à nouveau. Il ne faut pas oublier que l’Indonésie est un pays avec de fortes précipitations et un taux d’humidité élevé, ce procédé de décorticage est utile pour accélérer le séchage dans de telles conditions environnementales.

La consommation de café en Indonésie

Bien que l’Indonésie soit un grand producteur de café, la consommation intérieure a traditionnellement été faible par rapport à d’autres pays producteurs. Toutefois, les tendances récentes montrent une augmentation de la consommation de café. Cela s’explique par la poussée démographique du pays (au début des années 2020, l’Indonésie compte 275 millions d’habitants), la hausse du niveau de vie, et le changement dans les habitudes de consommation, notamment chez les jeunes. Les cafés modernes et les chaînes de café internationales gagnent en popularité, mais il existe toujours une forte tradition de consommation de café à domicile ou dans de petits établissements locaux appelés « warung kopi ».

Le café « kopi tubruk », qui est un café bouilli et servi avec du sucre, est particulièrement populaire pour son accessibilité et sa simplicité. De plus, les Indonésiens apprécient également le « kopi luwak », un type de café produit à partir de grains qui ont été digérés et excrétés par la civette. Malgré son prix élevé, ce café est recherché tant sur le marché local qu’international pour son profil aromatique unique.

L’autre trésor national est le café “Kopi Luwak”, qui reste un des cafés les plus chers au monde. A Bali, les 100 grammes de ce café valent 20 euros, rien que ça. Pour acheter un kilogramme de ce café en France ou en Europe, il faut compter plusieurs centaines d’euros en fonction de la qualité du produit. Dans un établissement haut de gamme, le prix d’une tasse de café “Kopi Luwak” peut atteindre les 50 euros, voire au-delà. Pour ceux qui ne connaissent pas les particularités du Kopi Luwak, il faut savoir que cette production est intimement liée à l’élevage de Civettes car ce sont ces petites créatures qui assurent l’essentiel du travail (ce qui crée aussi des polémiques sur leur élevage intensif, les problèmes de maltraitance) ! Cette méthode de production offre aussi des rendement très faible, cela se répercute forcément sur le prix. Le Kopi Luwak est fortement lié au tourisme des îles, l’industrie  touristique ne se prive pas de communiquer sur cette boisson, mais attention, il existe des faux “Kopi Luwak” avec des prix affichés trop attractifs.

Le café en Indonésie en quelques mots

Alexandra Leoni
 
Alexandra est une passionnée de café et une experte autodidacte en matière de torréfaction, d’infusion et de dégustation. Elle a grandi entourée des arômes enivrants du café. Son amour pour cette boisson l’a conduite à explorer les nuances infinies des grains de café du monde entier. Elle aime partager ses découvertes avec les autres amateurs de café. Avec Alexandra, chaque tasse de café est une aventure, et elle est ravie de vous emmener dans ce voyage de découvertes.

Table Des Matières

Vous aimez nos articles ?

Soyez informé de la sortie d’un article en vous inscrivant gratuitement à la Newsletter !